Réflexion du moment...


L'amour c'est quoi?

Il me paraît souvent vrai que certaines personnes en aiment une autre, non pas pour elle/lui, mais pour ce que il/elle peut leur apporter personnellement. L'amour ne serait qu'un moyen de gonfler ou flatter son égo, parfois le reconstruire, le réparer. On parle d'amour "faire-valoir" quand l'homme , par exemple, choisit une femme "qui présente bien", belle, elle a de la classe, elle lui est peut-être aussi supèrieure socialement, physiquement, intellectuellement. L'amour permet de flatter l'égo, de mieux s'aimer soi-même... elle sert l'individu qui croit aimer, plus que la personne aimée ou le couple en soi.

L' "aimant" (ou "amoureux") croit donc qu'il aime, ou feint d'aimer, vraiment, selon son degré de conscience, d'introspection et d'honnêteté avec lui-même.

Cet amour "trompeur" est tout aussi valable dans le cas où l'être aimant a un souci avec son égo (manque ou pèriode de perte de confiance en soi, sous-estimation personnelle, besoin de reconstruction suite à échec, doutes sur ses aptitudes de séduction ou sa capacité à être aimé, à conquérir, ou...à aimer). Celui qui est en quête de reconnaissance, de reconstruction, va alors choisir d'aimer une personne qui flattera et réhaussera son estime de soi, une personne qui l'aidera à reconstruire ce qu'il a perdu, à reprendre confiance.

 

En gros, il y aurait deux cas où nous aimons  l'autre pour mieux nous aimer nous-mêmes...

-premier cas : je m'aime, et me  faire aimer par une autre personne me confirme que je suis quelqu'un de super et que j'ai raison de m'aimer, une personne qui me sert de "faire-valoir" d'une manière ou d'une autre, autant que de "flatterie récurrente" - si agréable (ah ce que je m'aime !) = processus égocentrique, voire narcissique purs. C'est l'amoureux de soi.

-deuxième cas : je ne sais plus/pas si je m'aime, mon égo a été meurtri, blessé, je suis un échec ambulant, je n'arrive pas à séduire tel ou tel type de personne, je ne suis pas à la hauteur etc etc... DONC j'aime quelqu'un qui va me laisser penser tout le contraire. Cette personne me dit que je suis beau, que je suis quelqu'un de bien, elle me flatte par sa présence et/ou ses mots et/ou ses attitudes, et ça me fait du bien ! (ah ce que j'aimerais m'aimer !) = processus de (re)construction souvent inconscient. C'est l'amoureux à l'égo perturbé, contrarié, meurtri.

 

egocentrique

La question étant : est-ce vraiment ça l'amour? est-ce que cette forme d'amour-là ne serait pas vouée à l'échec? est-ce que , tant qu'on aime l'autre pour ce qu'il nous apporte, nous sommes voués à faire vraiment aboutir cette relation, ou bien ne serait-elle qu'une transition?

 

Dalai Lama : "lorsque nos intentions sont égoistes, le fait que nos actes puissent paraître bons ne garantit pas qu'ils le soient"

 

Certains diront qu'il y a toujours une forme de narcissisme (d'amour propre) dans l'amour... mais pas seulement ! L'amour doit aussi comporter d'autres aspects que celui de servir l'individu uniquement. Je pense que si l'amour n'est QUE ça, c'est à dire uniquement lié à ce qu'il apporte à soi-même, il n'y a pas de réel avenir possible. L'être aimant doit avoir le plaisir et l'envie d'apporter quelque chose lui aussi à l'autre. L'amour ne sert pas un seul individu mais les deux individus qui composent le couple. Ce n'est pas que dans un sens, quoi !

 

Troisième cas :

Certaines personnes meurtries, blessées, ayant une très faible estime d'elles-mêmes, ou  ayant appris "l'amour conflictuel" (cf leur histoire, leur éducation etc.) aimeront des personnes suffisamment faibles sur lesquelles ils pourront mieux prendre le dessus , auxquelles ils pourront mieux s'opposer. Ainsi, celui qui n'a plus confiance en lui aimera une personne qui à la fois flattera son égo (et réhaussera son estime de soi) ET se laissera aisément manipuler, rabaisser, dominer (parce que l'élévation et l'estime passent par la domination de l'autre). 

La "victime" sera souvent une personne bien sous  tous rapports, équilibrée, belle, cultivée (puisqu'elle doit rester un "faire-valoir")... mais faible sentimentalement parlant (puisqu'elle doit être manipulable).

Faible en ce sens que :

-soit elle aura une faible estime d'elle-même, ainsi qu'une forte tendance à la remise en question et l'auto-culpabilisation,

-soit elle aura un passé sentimental très houleux, qui la conduit à tout accepter pour que ça marche à tout prix

Cette personne, en manque d'estime personnelle, de confiance en soi, devient la proie de ce que l'on appelle les  "narcissiques pervers et manipulateurs". Ces gars-là ont besoin d'aimer quelqu'un qu'ils vont rabaisser pour mieux servir / réhausser leur propre égo. Ils se nourrissent parfois aussi de conflit, d'opposition, de négatif, car c'est le schéma dans lequel ils ont toujours évolué. Ils ne conçoivent la (re)construction personnelle que par la destruction et la domination de l'autre. Danger ! Risque de relation "maso" fondée sur la peur, la douleur, le manque, le doute, le malaise. Je parlerai dans ce cas de l'amoureux destructeur d'égo, l'amoureux "bourreau" (= destructeur).

A identifier au plus vite !!!

 

C'est pour cela qu'on dit qu'il faut s'aimer et se respecter soi-même pour pouvoir aimer et être aimé de la meilleure des manières , c'est à dire d'une manière épanouissante et positive.

  • Pour éviter d'aimer pour s'aimer soi-même...et aimer vraiment !
  • Pour éviter d'aimer en étant détruit , ou en détruisant l'autre...
  • Pour éviter d'aimer une personne parce qu'elle nous fait du mal, et qu'on ne mérite pas  mieux...
  • Pour éviter d'aimer sans retour, ou de n'aimer que soi...

 

Réfléchir, au fond, aux raisons réelles de notre amour pour quelqu'un, et à ce qui fait fonctionner le couple, peut-être utile dans de nombreux cas.

 

Je me suis posé ces questions ...

1) "pourquoi est-ce que je l'aime lui? qu'est ce qu'il m'apporte?"...

2) "et lui, pourquoi il m'aime? qu'est ce que je lui apporte?"...

3) "qu'est-ce que nous nous apportons mutuellement?"

= en gros y a t il vraiment un échange !?

 

Les réponses à ces questions, si l'on est honnête avec soi-même, et un temps soit peu lucide, peuvent permettre d'éclaircir certains points, et de se détacher de certaines situations à risques (type "je t'aime, moi non plus", ou "je t'aime parce que tu me fais mal"). Eviter aussi les relations perdues d'avance, car non fondées sur l'échange réciproque, le partage réel.

 

En l'occurrence... je me demande aujourd'hui si mon flic m'a choisie parce qu'il s'aime lui-même... mais aussi pourquoi moi, soudain, je m'attache (puisque j'ai peur de le perdre).

--> De son côté : Je me dis que je suis peut-être juste un faire-valoir et une personne bonne pour son égo (car c'est quelqu'un qui est plutôt dans le "m'as tu vu", qui prend soin de lui, de son image etc...et en même temps quelqu'un qui a besoin de se reconstruire suite à son récent divorce qui a du lui mettre un coup au moral  et lui faire perdre confiance en lui).

--> Quant à moi... tant que j'hésitais entre trois, il n'était pas forcément dans mes favoris, et maintenant que je n'ai plus que lui, je veux le garder (alors même qu'il ne me correspond pas totalement...). Pourquoi donc? Que m'apporte t il ? Il me rassure? Est ce un besoin égocentrique de ma part ou autre chose? (peur de la solitude? peur de ne pas trouver mieux? peur d'être rejetée ? dans ce cas, cela signifierait que mon attachement soudain serait plutôt lié à de la fierté, et donc de l'égo ! Tant que je résistais, tout allait bien... quand je sens qu'il me résiste, je panique.

Cette règle du "suis moi je te fuis, fuis moi je te suis" serait finalement valable pour les personnes fières et ne supportant pas l'échec... mais est-ce de l'amour???!!!

 

De manière plus générale, les hommes que j'ai rencontrés m'ont-ils aimée pour moi, ou pour eux ? Ne serait-ce pas la clé de mes échecs répétés?

Car , si j'y songe de plus près, il s'avère que dans 80% des cas, je pense que j'ai eu affaire à des gars égocentriques plus ou moins perturbés, plus ou moins dangereux. La plupart, comme P., étaient stables et non destructeurs mais avaient tout de même qch à retirer en étant avec moi (parce que je suis une gentille fille qui fait du bien à leur égo et qui les aide amplement à leur (re)construction personnelle, avec mon côté psy à l'écoute et super compréhensive... le top !).

Analyse qui m'aide pas mal à relativiser, et peut-être mieux orienter mes choix - en tout cas, je l'espère !

 

Saint Exupéry : "Aimer ce n'est pas se regarder l'un et l'autre, c'est regarder ensemble dans la même direction"

 

6221745-9295243

 

Quelques articles sur le sujet

-On aime celui qui  repond à la question "qui suis-je?"

-Comment sait on qu'on aime (Psychologies.com)

-Pourquoi l'égocentrisme est il un poison ?

-Jacques Salomé : s'aimer soi-même pour aimer l'autre

-S'aimer pour mieux aimer l'autre

-Amoureux et narcissiques

-Les Pervers Narcissiques, le mal du siècle !

-Je m'aime donc j'existe