Devinez quoi !

 

Il a DISPARU !!

homme fuit

 

 

Et oui... DIS-PA-RU !

 

Après deux mois de relation, tous les jours, ou presque ensemble, 0 accrochage (mais aussi 0 jouissance), projets et promesses (de sa part, soyons clairs...), il a disparu.

Lui qui m'a couru après plusieurs semaines...

Lui qui était heureux de m'avoir finalement conquise, d'avoir eu sa chance... (c'est ainsi qu'il le formulait)

Lui à qui j'ai clairement donné une chance, après maintes erreurs et attitudes vraiment très "limites" (il incarnait à lui seul l'indélicatesse)

Lui aussi, a fini par fuir.

 

Sans raison apparente...

Oui, enfin...

Il allait quand même danser la salsa deux soirs par semaine depuis deux semaines (la salsa, c'est pas ces cours super sympa où l'on va pour faire des rencontres???!!!)

Il avait quand même une espèce d'ex psychopathe qui le harcelait et venait même lui déposer des cadeaux devant sa porte (à moins qu'il ne s'agisse d'un gros mensonge destiné à éveiller ma jalousie?).

Il n'était finalement jamais disponible en journée parce que Monsieur travaillait, et quand il ne travaillait pas, il avait sa fi-fille adorée avec lui (je me contentais donc, sans broncher, des restes...)

Il dormait avec la dite fi-fille (parce que c'est trop bien !), gardait un poulet entamé plus d'une semaine au frigo (c'est bibi qui nettoyait le frigo et la cuisine quand bibi se pointait chez Monsieur...), trompait les impôts avec une fausse adresse, louait au black et vendait des voitures via un garage pour aussi toucher quelques milliers d'euros au black (et tout cela, je l'ai évidemment appris sur la fin... - DITES MOI POURQUOI JE ME COLTINE TOUJOURS DES CAS SOCIAUX !)

Il n'était pas très intéressé par mes activités ou mon histoire (je crois qu'il ne connaît encore aucune de mes passions...)

Et surtout... il n'était pas en mesure de me trouver un peu de temps libre le week-end de mes 40 ans (qui approche à grands grands pas...).

 

Nous devions nous voir vendredi dernier... Nous avons raccroché normalement le mercredi, en nous promettant de parler de vive voix de mon anniversaire - car je venais tout de même de lui faire remarquer qu'il avait d'étranges priorités...

En effet, Monsieur n'avait aucun moyen de faire garder sa fi-fille adorée le soir de mes 40 ans, mais il avait par contre contacté son ex belle-mère (opportunisme, quand tu nous tiens!) pour qu'elle la lui garde deux soirs d'affilée au cours desquels il voulait A TOUT PRIX aller danser à sa salsa... vous savez, cet endroit sympa où l'on se frotte toute la soirée contre des personnes du sexe opposé, inconnues, et de manière bien bien sexy et fun... capito?

En tout cas, moi j'ai enfin tout capito... et avec tous les signes que j'avais eus, je ne m'en suis voulu que d'une chose après sa disparition : j'aurais vraiment du suivre mon instinct, ma première impression, et ne JAMAIS aller avec ce type et lui donner ne serait-ce que l'ombre de l'un de mes regards... Il m'avait semblé dès le départ très mal éduqué, plutôt excité sur courtes pattes, assez instable, et très très immature, avec ses réflexions et ses blagues à deux balles, sa manière de voir les choses, d'abuser de son pouvoir dans son taf (de flic), et de me refroidir et me juger dans certains de mes élans câlineurs...

Comme quoi le manque de confiance en soi mène à faire bien des erreurs.

Il a été mon erreur de l'année.

Je suis malade de me dire qu'un loser de sa trempe puisse se dire aujourd'hui qu'il a réussi à toucher, et même accrocher, une fille comme moi.

 

J'ai attendu son appel deux jours, appelé deux fois, laissé un message à chaque fois... et puis j'ai compris : il y avait 1% de chances qu'il ait eu un accident grave qui l'ait scotché à l'hopital dans le caumas, 20% de chances qu'il ait perdu son téléphone (car il perdait toujours tout : serviette de plage, chèque à encaisser, doudou de sa fi-fille, et même sa carte bleue !), et 79% de chances qu'il m'ait prise pour une conne et décidé de mettre un terme à notre relation (sans bien sûr m'en informer).

Troisième jour, je me suis fait une raison. J'ai accepté le gentil câlin d'un de mes ex en compensation. Et j'ai tourné la page...enfin presque. Il y avait toujours ce doute ("peut-être qu'il est arrivé quelque chose de grave?!")

C'est tellement difficile de croire qu'on puisse quitter quelqu'un, sans le/la quitter... sans prévenir... sans parler...).

Comment peut-on donner tout son temps libre , autant d'attention, de l'affection, de l'intérêt à quelqu'un pendant des mois, et disparaître sans mot dire du jour au lendemain? c'est incompréhensible ! Je  lui ai consacré de mon temps, je l'ai chouchouté, reçu chez moi tous les soirs (sauf quand il avait fi-fille), il a rencontré mon frère (panique pour lui?!) - à qui il ne s'était pas plus intéressé qu'à moi-même d'ailleurs...

Il n'a jamais répondu , ni rappelé. Pas même un SMS pourri qui lui aurait facilité la tâche. Il aurait pu simplement m'écrire "désolée, ça ne va pas le faire"... prévenir quoi ! Je n'ai pas mérité d'être traitée ainsi....comme la derniere des merdes, comme si j'avais, MOI, quelque chose à me reprocher...

 

Bref... y'a vraiment des types qui n'ont pas de figure... pas de couilles...

Excusez-moi pour l'aigreur et la vulgarité !

 

 

4 jours après, j'ai vu qu'il s'était connecté sur Facebook. Et ben voilà ! Il n'est pas mort !!!!

Mon sang n'a fait qu'un tour... je lui ai envoyé un gentil message bien corsé, lui disant ce que je pensais de ses couilles (ou plutôt de son absence de couilles), de sa manière de faire l'amour (so "plan plan"), de son manque d'education et de finesse, de sa stupidité, de son immaturité, et de toutes ses groupies qu'il se plaisait à garder autour de lui... bref je lui ai bien expliqué que je n'aurai aucun mal à trouver mieux que lui, et j'ai conclu que je n'avais qu'un seul regret : celui de lui avoir donné une chance et consacré autant de temps, car je savais dès le départ qu'il était un cas social et un type instable et immature, et que cela ne mènerait à rien... d'autant qu'il n'avait jamais été fichu de me faire jouir, ni de me captiver avec ses conversations bidons et son esprit "vide"...

C'était pas dit comme ça, mais presque.

Et ça m'a fait du bien !

 

Depuis, j'ai évidemment tourné la page. Facilement.

Normal, je suis entraînée !!!

Et à y réfléchir, notre relation était trop platonique, il était trop dangereux et instable, et il y avait trop de choses qui ne convenaient pas. Je m'ennuyais déjà, et nous n'avions décidément pas les mêmes valeurs...le même sens du respect...

 

Bref : NEXT !!!