J'ai comme le sentiment d'avoir vécu "entre parenthèses" pendant ces deux années.

Etrange sentiment d'avoir juste passé mon temps à ATTENDRE qch qui n'est jamais venu.

-Un changement de sa part (non parce que je le lui demandais, mais parce qu'il le promettait - on ne change pas les gens!)

-Une évolution de la mienne (dans l'image que je pouvais avoir de lui, en relation avec son état d'esprit  qu'il disait "du moment", ou  "provisoire")

 

L'impression d'avoir passé mon temps "à côté" de mes pompes, de ma vie, de MOI, simplement.

L'impression de m'être trouvée en "stand-by", comme en prison, malgré le fait que nous avons aussi partagé des choses sympathiques et fait de belles escapades. Malgré ces moments où j'y croyais vraiment et je me sentais me rapprocher de lui (jusqu'à ce qu'une autre de ses réactions ou de ses humeurs viennent me casser dans mon élan). 

 

J'ai le sentiment de n'avoir pas été celle que je suis vraiment, ni vécu ce que je souhaitais vivre.

J'étais même très loin de moi-même, à certains moments plus ou moins critiques. A détester autant ce que je lui renvoyais que ce que cela me renvoyait de moi-même !

J'ai l'impression d'avoir étouffé mes émotions, mes sentiments, mes envies, ma personnalité. En plus de m'être coupée de mes besoins, de mes amis, de mes passions, et de mon rythme.

Mon corps ne ressentait plus rien, n'existait plus... J'en perdais le contrôle, et il me le rendait. Mon visage se tendait, blémissait... Mon sourire s'effaçait...Ma spontanéité ? enterrée  : Blaguer? jamais ! Jusqu'au bout, il aura fallu que j'explique pourquoi j'avais utilisé tel ou tel mot, écrit telle ou telle chose, moi qui n'avais pas une once de vice ou de méchanceté vis à vis de lui mais juste envie de donner une meilleure dynamique à cette relation.

 

Et si j'avais ce sentiment de "ne pas être" : Est-ce que parce qu'il m'étouffait ? parce que ses réactions m'angoissaient ? parce que je me sentais démunie face à sa manière de voir les choses et de penser?

Parce que je ne me sentais pas à ma place ? pas respectée ?  

celib10

Parce que je ne me sentais plus libre d'écrire, d'appeler, de converser avec mes amis comme avant? 

Parce que je ne me sentais pas en capacité d'être pleinement MOI, acceptée comme telle ? 

J'ai l'impression de n'avoir rien vécu, d'avoir été "sous l'eau", dans un autre monde, un autre corps, une autre existence que la mienne, pendant ces deux années. 

 

Depuis la séparation,  je me retrouve ... Je retrouve mon côté gai, altruiste, sociable, mon envie de m'occuper de moi, ma liberté de faire les choses comme je le souhaite, quand je le souhaite, aussi. Je retrouve le plaisir de converser, de lire, d'écouter de la musique, j'ai repris des contacts... des anciens, des nouveaux... Je redeviens la femme dynamique, heureuse, joyeuse, épanouie, et je me sens même encore plus positive et plus à même de croquer la vie à pleines dents qu'auparavant.

Je me surprends à dire que je ne souhaite plus de "prise de tête" (moi qui détestais cette expression !), et que je veux juste "qch de léger qui me fasse du bien" pour éventuelle prochaine relation... RelationS que, d'ailleurs, j'envisage au pluriel, tant je ne suis plus du tout dans le désir d'en établir une seule, c'est dire si je suis passée à un autre stade !!

Aujourd'hui, je suis juste dans le désir de voir venir, et de profiter de tout ce qui s'offre à moi. Sans y mêler le coeur et les émotions. Pas pour l'instant.

 

J'avais entendu et lu tous ces signes en moi. Je me sentais éteinte, mourante. Je le lui disais souvent d'ailleurs... que je mourais à petit feu... que je n'étais plus moi... il n'entendait pas, ne pouvait rien faire pour changer cela, parce qu'il s'agissait de changer fondamentalement sa manière d'être et de penser, et il en était bien incapable. Pas prêt. Encore trop de travail sur son passé, ses émotions et leur gestion. L'acceptation des frustrations et de ce qu'il est, avec toute son histoire. Le pardon, également.

Pour ma part, je me sens sereine aujourd'hui. Je suis dans l'acceptation et le pardon. Je n'ai de rancoeur contre personne...La colère ne m'habite pas. Les frustrations ont disparu.

Et étrangement, des verrous se débloquent : d'anciens amis perdus de vue ont resurgi. Des portes s'ouvrent, une après l'autre. Quand on est positif, tout est possible !

J'ai mis ma vie entre parenthèses, je n'étais pas dans mes baskets avec cette vie-là...

 

Est-ce que je suis faite pour être heureuse seule ou bien est-ce que c'était juste une question de personne?

A croire que je me définis PAR et UNIQUEMENT PAR mon célibat, et que je ne pourrais atteindre le bonheur suprême que dans la liberté totale.

Est-ce que Bridget n'est finalement que Bridget... une célib VRAIMENT endurcie... inapte à vivre autrement que dans cet état qui en devient une "définition" à part entière, plus qu'un "état".

Peut-être que je ne suis pas faite pour être "rangée" comme on dit, ou du moins pour être rangée avec quelqu'un de routinier et négatif.

Probablement que je pense que je suis difficile à "ranger", mais que cela sera possible lorsque je trouverai quelqu'un qui sera dans le même état d'esprit que moi. 

Allez savoir, seul l'avenir apportera ces réponses !

 

759129935