Une rencontre de Juin 2020, qui m'a fait réfléchir........ et encore progresser !



Cette situation peut amener à se questionner : Qu'est ce qui définit une relation? un plan Q? Quelle est la limite entre les deux?

J'ai rencontré ce jeune homme que je nommerai "lapinou" (en référence au "chaud lapin", sorry j'ai pas trouvé mieux !). Super moment autour d'un mojito tapas, je découvre un homme amusant et causant. Certes, physiquement, ce n'est pas Brad Pitt, mais je ne vois pas le temps passer. Par contre, d'emblée, j'entends qu'il n'a pas beaucoup d'argent car il préfère le mettre dans sa maison, il n'aime pas les voyages, et il ne semble pas aller souvent au restaurant. Et d'ajouter qu'il a comme uniques activités son boulot, son fils et le soir............Facebook ! Il pédale un peu aussi. Mais moins qu'avant, donc il a pris du bide (ça tombe bien moi aussi - j'ai pris du bide). De là je me questionne sur le potentiel "loisirs" de cette étrangeté qui ne semble pas être véritablement dans le partage mais uniquement dans le boulot-maison... Ah par contre, il fait des soirées sympa et beuveries avec ses potes (je précise qu'il a quand même 40 ans, pas 18...).

Parallèlement, il me questionne peu sur moi, mes goits, mes attentes. Peu curieux. Mais me demandera par contre très vite si je suis coquine et ce que j'aime sexuellement...

Et comment dire, culturellement, il me semble également très limité... Au cours de notre première conversation, il a découvert que la Néva était un fleuve de Russie, et que le chartreux était une race de chats. Entre autres... 

 

Donc je ne suis pas persuadée que cet homme-là puisse me convenir pour une relation durable. Même si le moment est bon, je ne nous trouve pas d'affinités particulières. 

Nous retournons au parking après cette soirée sympathique... Je le sens se rapprocher de moi, me prendre la main dans la rue, me souffler dans le cou lorsque je prends mon ticket... Et il se passe qch. C'est chimique, c'est physique... Comme quoi, on peut mettre toute la raison que l'on veut, on peut trouver quelqu'un qui ne nous correspond pas, on n'empêche pas "le truc chimique" d'avoir lieu... Il se passe parfois des choses invraisemblabes, incontrolables, et là.............c'est la m**** !

Attention ! Je distingue le "truc chimique" du "petit truc", le premier étant physique et le deuxième plutôt d'ordre général, comprenant une attirance physique ET un bien-être global en présence de l'autre.

Donc, vu que nous avons "le truc chimique", cette attirance innée, qui n'a rien de mental, ça finit donc en séance de bizouilles sur le parking. Il me propose de le rejoindre chez lui, je refuse. Envie de rejoindre mon lit, et de ne pas flancher au premier soir. On verra ça une prochaine fois. C'est vendredi soir, le week-end est devant nous, il me proposera sûrement qch pour samedi soir ou dimanche !

Et bien niète. Monsieur m'a causé de temps à autre sur Facebook, pas d'appel téléphonique, et aucune proposition n'est arrivée. Je me suis dit qu'il n'était pas plus motivé que cela, qu'il voulait juste "mon corps" ce soir-là, et j'ai arrêté de lui écrire. A quoi bon? Aucune perspective..........

2 semaines après, il revient me contacter. Nous échangeons au sujet de la situation. Je lui dis franchement mon ressenti, il me dit qu'il a eu le même. En fait c'est moi qui aurais été démotivée, absente etc. Bon, on ne va pas chercher à qui la faute, on est toujours deux dans une situation. Je lui explique tout de même que je m'attendais à le voir ce week-end là, ce qui n'a pas été le cas, et que "être mise en attente" n'est pas ce que je recherche. Si je n'ai pas envie de me marier et faire des enfants, j'ai toutefois envie d'un compagnon avec qui partager des choses de manière assez régulière. J'ai envie d'une RELATION simple, facile, qui fonctionne à double sens, et non à sens unique.

Les bases sont posées. Il agrée. Nous décidons de nous revoir ce soir-là. C'était jeudi. 

Je ne rentre pas dans les détails mais cette soirée a été exceptionnelle. On s'est trouvés tout de suite... L'alchimie (physique) toujours au rdv, nous avons passé un grand moment ensemble, et il m'a demandé de passer la nuit entière avec lui, ce que j'ai accepté. On était trop collés, de toute manière !

Au cours de la soirée, il m'a demandé si j'avais rencontré quelqu'un, ce que j'ai validé...(soyons honnêtes !). Et il semblait déçu. C'est alors qu'il a semblé poser les jalons d'une "relation" : moi je n'ai rencontré personne, et je ne compte pas le faire, je souhaite une relation exclusive. Je lui ai dit que "ok message compris". Nous entrions donc en "relation" et non dans une histoire de cul, contrairement à l'impression qu'il m'avait donnée. Il réitère d'ailleurs : "je souhaite une relation durable avec une femme qui me surprenne mentalement et sexuellement". Ok message reçu, BIS.

Mais vers 5h du matin, j'ai tiqué... Alors que j'évoquais ce moment où nous nous reverrions, pour faire un pique nique sur la plage, par exemple, il m'a immédiatement répondu "dans 10 jours". 

Einh, quoi? dans 10 jours???!! Comment ça 10 jours? ALERTE ROUGE !!! 

ob_1058d7_alerte3-oq26xi

-Il me parlait lui même d'une "relation"

-Il a bien entendu que j'avais été déçue de ne pouvoir le voir le week-end la dernière fois, et qu'il me mette "en attente"

-Et il me mettait à nouveau en attente, alors que le week-end arrivait......... !!!!!!!!!!! 

Là, je n'ai pas compris. Et pour moi, retour case départ : je ne suis qu'un plan Q, ce n'est pas possible autrement.

 

J'ai donc proposé de partir, à 5h du matin, lui expliquant gentiment que j'avais l'impression d'avoir été trompée sur ses intentions réelles, et de n'être qu'un plan Q. Et un plan Q, 1. ça ne me pose pas de soucis si c'est "dit", 2. ça ne passe pas la nuit entière. Il a confirmé (que je n'aurais pas été invitée à rester toute la nuit, si c'était le cas). Ajoutant  que l'on n'allait pas "se prendre la tête", que l'on devait prendre le temps, mais sans m'expliquer finalement ce qu'il avait réellement prévu ce week-end ni me rassurer (du style "t'inquiète, on arrivera à se voir, je vais essayer de m'organiser" ou qch dans le genre).

Je lui ai demandé ce que j'étais : "tu peux me dire précisément ce que tu attends, j'aime les choses simples et claires !

-Non, tu n'es pas un plan Q. On ne va pas se marier non plus. Ne te prends pas la tête. 

-OK. Je prends ce que tu me dis pour comptant. Par contre, comme je t'avais bien expliqué avant de revenir que je n'aime pas être mise en attente, si la "relation" telle que tu la conçois ne me convient pas, je te dirai stop".

Les bases sont fixées, des deux côtés. 

 

Je suis rentrée chez moi un peu chamboulée, sceptique, perdue. Oscillant entre la culpabilité d'avoir abordé un sujet contrariant pour monsieur, et la fierté de m'être respectée et d'avoir clairement exprimé mes attentes et besoins. Je me suis rappelé une chose essentielle : au lieu de m'inquiéter de ce que lui pensait, je devais plutôt réfléchir à ce que MOI, je pensais de lui. 

-Avait il bien agi vis à vis de moi? fait preuve de compassion? d'intérêt? 

-Hormis d'un point de vue charnel, que m'avait il donné ? que me proposait-il? 

Et les réponses étaient : BOF, RIEN d'AUTRE et RIEN.

Les choses étaient claires : j'avais affaire à un homme qui n'asssumait pas vraiment le fait de vouloir une relation charnelle (un plan cul) et qui se cachait derrière "je veux une relation" alors que, de toute évidence, il n'est pas en mesure d'avoir une relation à proprement parler.
A moins que "ma conception" de la "relation" ne soit pas la bonne... Nous pouvons aussi voir les choses différemment.

Mais il me semble que de ne pas se voir le week-end, de ne pas avoir d'échéances, ne pas s'appeler, se rencontrer tous les 10 jours, n'a rien d'une relation en construction (surtout au début, où l'on est normalement tout feu tout flamme, et qu'on a super super envie d'être ensemble !). 

Peu importe l'origine de ce désaccord, inconscient ou pas, malhonnête ou pas, lié à nos représentations personnelles, nos schémas, notre histoire, il n'est pas utile de considérer le POURQUOI mais plutôt LE RISQUE  --> Le résultat est le même : nos attentes ne collent pas. (Rappelez-vous : il n'y a pas d'attentes, il n'y a que des ententes). Effectivement, soit il n'est pas clair avec moi, soit il ne l'est pas avec lui-même. Soit nous fonctionnons vraiment différemment. Dans tous les cas, il n'y a pas d'entente (et il ne devrait pas y avoir d'attentes). Dès qu'il y a des attentes d'une part ou de l'autre, c'est qu'il y a un décalage, et donc un risque. Les attentes vont forcément conduire l'un ou l'autre à sa perte, à entrer dans ce que l'on appelle "le triangle de Karpman", à ce que l'un devienne bourreau et l'autre victime (les rôles pourront également changer...), à jouer un jeu malsain pour finalement mettre en place une relation TOXIQUE.

Perdu d'avance.

Clarifier nos propres attentes est impératif, et une fois qu'on connaît nos propres besoins et envies, on se doit de s'entourer des gens qui peuvent y répondre, qui sont "en phase" avec nous, et pas de chercher ou garder à tout prix ceux qui ne le sont pas, et ne le seront jamais. 

 

J'ai donc fini par à nouveau prendre du recul. Et je sais qu'il viendra à nouveau me reprocher de l'avoir délaissé et de ne l'avoir pas compris. Parce qu'il ne supportera pas d'avoir été délaissé, car son égo reprendra le dessus. 

Mais moi, mon égo, pour l'heure, est meurtri : je trouve cela très désagréable d'être trompée sur la marchandise et d'être ignorée dans mes besoins. Ce n'est pas une maniere de faire qui me paraisse respectueuse et altruiste. Je veux un homme qui s'occupe de moi et me chouchoute, et je veux une relation digne de ce nom. 

Donc, aujourd'hui, c'est "stand-by". Je suis un peu refroidie, et je n'ai pas envie de m'accrocher à lui (ou tout autre d'ailleurs). Courir après un homme, jouer au chat et à la souris, de même qu'être considérée comme un objet sexuel, cela ne m'intéresse pas. JE MERITE MIEUX. Donc je préfère zapper, là aussi. NEXT.

 

Alors, vous, vous définiriez une "relation" comment? Quelle aurait été votre réaction?