Savoir donner, c'est important. Donner, pas pour recevoir, mais pour être en adéquation avec ses idées ou son être profond. Parce que donner, ça fait tellement de bien, quand on est une personne réellement altruiste. 

Je donne facilement. Beaucoup. J'ai toujours été comme ça, c'est de famille. 

Je donne à mes amis, mes proches, mon petit ami. 

J'ai beaucoup donné au dernier. 

Aujourd'hui, j'ai l'impression de ne plus savoir donner, de ne plus en être capable. Si je donne de l'attention, de l'aide, du soutien, de l'écoute à mes collègues, ma famille, mes amis, je me sens comme incapable d'accorder quoi que ce soit à un homme. 

Moi qui étais sentimentale, idéaliste, rêveuse, passionnée, et séductrice aussi, je suis devenue une carriériste solitaire ! 

Je n'ai rencontré personne qui me motive, peut être. 

Mais peut être pas non plus. Puisque je n'ai carrément pas envie de rencontrer quelqu'un. 

C'est comme s'il m'était aujourd'hui impossible de donner du temps, de la confiance, de l'amour, de la tendresse, à quelqu'un. 

Du coup, je me renferme sur moi, mais je ne le vis pas mal, ça me fait du bien. 

Sauf que, ce soir, je me questionne. 

Comment quelqu'un comme moi a pu en arriver là ?

Est ce que je fuis tout engagement, toute implication émotionnelle, tout échange sentimental, à cause de cette dernière relation, ou bien est-ce que c'est la fin d'un cheminement, la conséquence d'une accumulation d'expériences ? 

Je sens que j'ai été déçue. Parce que j'ai beaucoup donné, et j'aurais tant aimé que cela fonctionne, parce que je m'étais vraiment engagée, et je me suis même parfois sacrifiée, pour la première fois depuis longtemps. J'ai fait confiance, j'ai misé sur cette relation, sur lui, j'ai donné pour lui et sa fille, je me suis tellement investie... Tout ça pour ça. 

Alors oui, peut être que je suis extrêmement déçue. Mais aussi, surtout, vidée. Vidée de ma fibre sentimentale en premier lieu. Vidée de mon envie d'aimer ensuite. J'étais vidée de mon énergie au moment de la rupture, mais j'ai au moins reconstruit ça cet été. 

Pourtant, je me sens incapable de donner quoique ce soit à qui que ce soit. J'ai tout recentré sur moi. 

Est ce parce que j'ai été trop concentrée sur lui, et trop privée de moi même ? Possible aussi. 

J'ai comme l'impression, effectivement, de n'avoir pas eu de MOI pendant ces deux années, et qu'il n'y a plus que ça qui compte aujourd'hui. Au point de renier toute "mise en relation". 

Peut on complètement, définitivement, changer, après pareil investissement et une telle déception ? Ou bien est ce juste provisoire?

Seul l'avenir me le dira... 

Mais j'ai l'impression d'avoir été profondément affectée et, si je m'apprécie quand-même, de ne pas totalement me reconnaître. 

Mais peut-être aussi que je suis en route vers mon vrai MOI...? 

Cette phase de "rejet" de toute relation serait juste la phase nécessaire pour pouvoir passer à autre chose. D'autres types d'hommes, de relations. D'autres histoires. 

Comme une transition. 

Je vais rester confiante, n'est ce pas ? Et rester concentrée sur moi tant que le besoin s'en fera sentir.  C'est probablement ma phase de reconstruction.

Rien n'arrive par hasard... Il faut certainement en passer par là. Alors... 

Advienne que pourra....