Salut les filles (et les quelques gars !), 

Octobre 2020 a été dynamique, si c'est le terme.

Après cette rupture difficile et cette belle et à la fois complexe histoire d'été, j'ai décidé de rouvrir des portes. Pour mieux passer à autre chose. Pour qu'il se passe qch dans ma vie. Parce que les ex, einh... Bref ! 

Le réchauffé, c'est jamais bon. 

J'ai donc eu des échanges: amusants, surprenants, agaçants même parfois, et souvent écourtés. 

Les hommes de mon âge nous prennent pour de la viande et fuient toute "relation", les plus jeunes cherchent un trip avec une quarantenaire épanouie qui ne leur "prendra pas la tête". 

Le tri s'opère rapidement. 

Si jamais je peux être intéressée par une relation légère, c'est toujours dans le respect et avec une forme de régularité ou un lien, quand même. Ça commence là, de toute manière. 

A quoi bon dire qu'on veut qch de sérieux ? On ne force pas les sentiments. On ne peut pas tout contrôler. Autant vivre ce qu'il y a à vivre, et voir venir. 

J'ai donc rencontré un homme charmant qui vient me voir de temps en temps, et avec qui il n'y aura pas vraiment de relation établie ou d'engagement. Mais il est aux petits soins, il est adorable. Alors je prends ! 

La porte restant ouverte, j'ai rencontré à un autre L. Un atypique, original, anti conformiste, qui n'a le temps de rien, mais passionnant et tellement agréable. Il n'a même pas tenté quoique ce soit avec moi.... Mais on s'est compris. Il pourra, ou pourrait, se passer qch entre nous. Nous verrons bien. Mais là encore, l'investissement de monsieur sera limité. 

Je ne peux pas lui en vouloir dans la mesure où il est clair, et respectueux. À moi de voir si je prends ou pas, ça me convient ou pas. Dans la mesure où je reste seule, profiter avec quelqu'un d'agréable ne devrait pas être exclu. 

Et de rencontre en rencontre, les choses se confirment. Personne n'a le temps. Tout le monde a sa vie, ses amis, ses enfants, son boulot, sa maison à retaper. Nous vivons à l'été du celibat assumé et heureux. Qui donc aurait besoin ou envie de "se mettre en couple" s'il est déjà bien ainsi ? Si ce n'est les dépendants, ceux qui ne savent pas s'occuper, les statiques ? 

Moi même je revois ma vision. Je ne cherche plus la vie de couple, les enfants etc. Je cherche un compagnon qui me donne de l'affection et du temps, je cherche à partager, avoir quelqu'un qui pense à moi et à qui je pense. Et voilà. 

Je ne cherche même plus le grand amour car je ne suis pas persuadée qu'on puisse encore le trouver. En tout cas, pas ainsi, pas si vite. L'amour se construit et se vit. 

J'ai fini par rencontrer quelqu'un qui a accepté de mettre des paillettes dans ma vie ! Il est beau, disponible, sans enfants, positif et il cherche à partager. Adorable, il s'est rapidement épanché.... Je suis déjà son amour, son bébé, je lui manque et il est un peu amoureux. Cela me paraît étrange. Il est fini le temps où l'on croit au prince charmant et au coup de foudre. 

Sans lui prêter des intentions malsaines pour autant, je me dis qu'il y a qch là derrière. Soit une peur d'être seul, soit une volonté de m'accrocher, soit... Peu importe ! 

Il est quand même adorable et plutôt présent, bien que les interactions ne soient pas toujours abouties. C'est surtout cela qui m'interpelle. Pas cohérent... 

Il m'écrit, on échange, et puis hop ! Plus rien ! Il n'appelle pas spontanément, c'est moi qui appelle. On papote par sms et puis hop ! Il part manger ou se doucher. Il coupe court brutalement. 

Et d'autres fois, ce sont de grandes conversations et tant de gentillesse... 

Je pense que j'ai affaire à un spécimen encore une fois de "je veux aimer mais je veux rien chambouler dans ma vie". 

Si tel est le cas, pas de quoi fuir mais plutôt voir venir. Les choses évoluent toujours dans un sens ou un autre. Rien n'est figé. Il peut évoluer sur sa disponibilité, comme je peux évoluer sur mes attentes ou ma patience. 

Parlons en des attentes ! Il est bien là, le hic... 

Il crée des attentes. 

Et moi je le laisse m'atteindre, et je rentre là dedans. J'attends qch de lui. Alors que je n'attendais rien des autres, et ne m'en portais pas plus mal. 

Je crois vraiment que ce sont les attentes qui nous frustrent, et qui souvent font mal. Et qu'il me/nous convient d'apprendre à ne pas en avoir. 

Ce qui n'empêche pas d'avoir des limites, par contre. Je me dis aujourd'hui que je ne dois pas attendre de l'autre qu'il réagisse comme je le voudrais. Par contre, je dois poser les limites, celles du respect. A quel moment je ne me sens plus respectée par l'autre ? Est ce que je me respecte moi même. 

La manière dont on vit une relation de nos jours, dans ce contexte incertain et instable, elle ne tient qu'à cette clarté sur les attentes et le respect. 

Alors je travaille à cela. 

Aujourd'hui, mon homme à paillettes s'avère prometteur mais dans les actes, un peu plus complexe. Je dois voir venir, en restant vigilante, pour me protéger et veiller que mes limites ne soient pas franchies. Tout en évitant d'avoir des attentes. Tout en cherchant plutôt "une entente". 

Ça prend du temps, demande de la patience. 

Au fond c'est peut être cette patience là que nous n'avons plus, dans ce monde d'immediatete, de futilités, et qui fait qu'un grand nombre de célibataires ne parviennent pas à vivre qch de durable. 

Wait and see...